Nouveautés

janebe-jeune-fille-en-rose-70-55cm-19849
Janebé
(1907-2000)
3600,00 CHF
ami-duplain-st-saphorin-45cm-56cm
Duplain Ami-Ferdinand
1500,00 CHF
roger-bonafe-le-bouquet-et-les-pins-65-81cm
Bonafé Roger
2600,00 CHF
andre-brechet-saint-ursanne
Bréchet André
850,00 CHF
heloisa-novaes-musiqau-42-41cm-1986
Novaes Heloisa
2600,00 CHF
noel-thebaud-poisson-62-70cm-profil1
Thebaud Noël
2400,00 CHF
noel-thebaud-crabe-44-30cm
Thebaud Noël
850,00 CHF
guy-lamy-lavoir-de-boncourt-70-55cm
Lamy Guy
(1914-2000)
1500,00 CHF
robert-rayme-55-46cm-1994
Rayne Robert
650,00 CHF
marie-rose-zuber-vole-qui-peut-40-43cm-1986
Zuber Marie-Rose
2400,00 CHF
p-martin-65cm-55cm-1951.jpg
Martin P.
650,00 CHF
ernst-wolf-schnee-eulen-53-33cm-1975
Wolf Ernst
250,00 CHF
h-grieder-77-60cm-1977
Grieder H.
750,00 CHF
andre-louis-freymond-60-30cm-1979
Freymond André-Louis
1500,00 CHF
rosina-wachtmeister-39-30cm
Wachtmeister Rosina
1200,00 CHF
theodore-streit-port-de-bale-42-60cm
Streit Theodor
850,00 CHF
colliard-cabanes-2005
Colliard Roland
350,00 CHF
philippe-gigon-reminiscence3-50-50cm-1994-vignette
Gigon Philippe
650,00 CHF
hippolyte-boschung-poya-1987
Boschung Hyppolite
4500,00 CHF
murielle-argoud-jardin-100cm-80cm-2015
Argoud Murielle
1800,00 CHF

Nouveautés antiquités & vintage

Guyot Laure-Cecile
(1875-1958)

Nu avec bouquet
modificateur de prix des variantes :
Prix de base avec taxes
Prix de vente avec réduction
6500,00 CHF
Remise
Montant des Taxes
Prix / Kg:
Description du produit

Huile sur toile

44 cm x 37 cm

En bon état

Cadre d'origine offert (doré à la feuille)

Oeuvres de Laure-Cecile Guyot en vente sur notre site

Ref: 404-EEG

 

Laure-Cécile Guyot (1875-1958)

Peintre née à Malvillier en 1875, décédée à Boudry en 1958.

Elle étudie tout d'abord à l'Ecole des Beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds, puis fréquente l'atelier de Jean-Paul Laurens à Paris.

 

Jean-Paul Laurens, né en 1838 à Fourquevaux, mort en 1921 à Paris,

Sculpteur et peintre académique français. Élève à l’École supérieure des beaux-arts de Toulouse, Jean-Paul Laurens entre à l’École des beaux-arts de Paris où il est l’élève de Léon Cogniet et d’Alexandre Bida. Sa peinture est représentative de la peinture d'histoire à la fin du xixe siècle. Il serait pour autant bien injuste de ne le présenter que comme un peintre d’histoire parmi d’autres : son érudition, sa rigueur, les prises de position politiques que constituent ses peintures et son talent indiscutable le font nettement sortir du lot.

De convictions républicaines et d’un anticléricalisme affiché, Laurens a collaboré en 1867 au Philosophe de Charles Gilbert-Martin, journal satirique condamné par la justice du Second Empire. Dans ses tableaux, il traite essentiellement des sujets à la fois historiques et religieux, mis en scène de manière dramatique et servis par une technique d’un grand réalisme. Il maîtrise parfaitement la représentation des espaces vides, ce qui donne à nombre de ses tableaux une forte puissance suggestive : ainsi dans l'Excommunication de Robert le Pieux, peut-on imaginer le vide qui se fait autour de Robert le Pieux de par le premier plan créant une béance entre le spectateur et le sujet comme sur une scène de théâtre, ou préfigurant un cadrage cinématographique.

Laurens est aussi l’auteur de grands chantiers publics : la voûte d’acier à l’hôtel de ville de Paris, La Mort de sainte Geneviève au Panthéon de Paris, François Ier et Marguerite de Navarre, sa sœur, visitent l’imprimerie de Robert Estienne en 1899 à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, le plafond du théâtre de l'Odéon (1888), la salle des Illustres au Capitole de Toulouse, la coupole et le foyer du théâtre de Castres. Dessinateur hors pair, il illustre notamment les Récits des temps mérovingiens d’Augustin Thierry.

Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1891.

Enseignant apprécié de ses élèves à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris et à l’académie Julian, il a deux fils peintres, Paul Albert Laurens et Jean-Pierre Laurens, nés de son union, en 1869 à Paris avec Madeleine Villemsens, et qui seront tous deux enseignants à l’académie Julian. Il habita rue Taranne à Paris en 1870, à la naissance de son fils aîné.

Il entretenait des liens d’amitié avec la famille d’André Gide, avec Charles Péguy et Auguste Rodin, qui réalisa en 1882, en remerciement de son appui lors de la polémique du prétendu surmoulage de sa statue l’Âge d’airain, un buste du peintre, dont une épreuve en bronze est conservée au musée des Augustins de Toulouse.

En 1903, il fait bâtir son hôtel particulier au no 5 rue Cassini dans le 14e arrondissement de Paris par l’architecte Louis Süe, où il résida jusqu’à sa mort en 1921.