Nouveautés

aurèele-barraud-55cm-46cm
Barraud Aurèle
2500,00 CHF
charles-robert-barcelone-marche-46cm-33cm-1960
Robert Charles (NE)
2400,00 CHF
aime-barraud-vue-des-alpes-38cm-55cm
Barraud Aimé
2400,00 CHF
robert-hainard-27cm-34cm-avril-1965
Hainard Robert
1400,00 CHF
charles-huguenin-aux-bulles-43-49cm
Huguenin Charles
750,00 CHF
j-a-diacon-50-71cm-val-de-ruz-et-chaumont-1920
Diacon J.A.
750,00 CHF
guido-locca-barques-40-38cm
Locca Guido
750,00 CHF
ami-ferdinand-duplain-lac-leman
Duplain Ami-Ferdinand
1800,00 CHF
serge-voisard-les-enfers-45-70cm-1984
Voisard Serge
1500,00 CHF
paul-seylaz-le-pain-52-50cm
Seylaz Paul
650,00 CHF
Blanche-berthoud-chateau-de-blonay-45-53cm
Berthoud Blanche
750,00 CHF
aurele-robert-eglise-46cm-39cm-1870
Robert Aurèle
3500,00 CHF
aime-barraud-le-pere-fraquelli-82-60cm
Barraud Aimé
6500,00 CHF
szabo-21-23cm-4-personnages
Szabo Joseph
1500,00 CHF
markus-bandi-79-68cm-1950
Bandi Markus
650,00 CHF
maurice-mathey-28-37cm-1918
Mathey Maurice
1200,00 CHF
roger-tissot-personnage-50cm-65cm
Tissot Roger
3500,00 CHF
j-courvoisier-lac-neuchatel
Courvoisier Jules-Ami
1200,00 CHF
mariane-du-bois-jonchere-32-46cm-1971
Du Bois Marianne
1200,00 CHF
jean-philippe-georges-campagne-genevoise-27-43cm
Georges Jean-Philippe
2400,00 CHF
marianne-du-bois-hiver-jaune-22-50cm-1990
Du Bois Marianne
850,00 CHF
le-gal-table-et-fleurs-46-33cm
Gall François
4500,00 CHF
pierre-michel-franches-montagnes-29-79cm
Michel Pierre
1500,00 CHF
Sopel Lyle (Canada)
6500,00 CHF
jean-roll-la-fin-de-l-ete-86-115cm-1973
Roll Jean (1973)
8500,00 CHF
auguste-bachelin-45cm-56cm
Bachelin Auguste
3600,00 CHF
laure-guyot-37cm-44cm
Guyot Laure-Cécile
1200,00 CHF
w-geel-fin-de-l-hiver-27-37cm-1918
Geel Werner (1918)
750,00 CHF
janebe-nature-morte-48cm-38cm
Janebé (1907-2000)
2500,00 CHF
roger-comte-le-doubs-50cm-60cm1
Comte Roger
1200,00 CHF
maya-mossaz-3-visages-69cm-49cm-1987
Mossaz Maya
2400,00 CHF
georges-girard-les-toits-bruns-100-87cm-1986
Girard Georges
4500,00 CHF
goener-arrnand-la-cueillette-41-61cm
Gesner Armand
1200,00 CHF
gerald-comtesse-magnolias-62cm-73cm
Comtesse Gérald
2500,00 CHF
serge-voisard-les-cufattes-45-72cm-1970
Voisard Serge (1970)
1200,00 CHF
guy-lamy-hotel-du-nord-65cm-81cm-1968
Lamy Guy
4500,00 CHF

Offres du mois

pierre-chatillon-place-du-tertre-43-60cm
Châtillon Pierre
450,00 CHF
aquarelle-signee-53cm-44cm-1960
Violette
450,00 CHF
albert-locca-bord-lac-neuchatel-27-40cm
Locca Albert
450,00 CHF
a-bourquin-paysage-45-56cm
Bourquin A.
350,00 CHF
henri-meylan-petite-table-64-54cm
Meylan Henri
450,00 CHF
urban-50-40cm
Urban Harry
450,00 CHF
paul-seylaz-poisson-50-54cm-1934
Seylaz Paul
450,00 CHF
paul-seylaz-dahlias-73-60cm-1933
Seylaz Paul
450,00 CHF
paul-seylaz-tulipes-51cm-65cm
Seylaz Paul
450,00 CHF
marcel-stebler-27-22cm-1946
Stebler Marcel
250,00 CHF
n-tenier-35-46cm-1988
Tenier N.
350,00 CHF
rue-principale-37-44cm
Bruholm Larsen
450,00 CHF
m-tosy-chevaux-39-59cm
Tosy M.
450,00 CHF
javier-vilato-25-33cm-gravure
Vilató Javier
250,00 CHF
a-mermod-dents-du-midi-44-59cm-1948
Mermod A.
350,00 CHF
wilkinson-60cm-90cm
Wilkinson
650,00 CHF

Nouveautés antiquités & vintage

Duplain Ami-Ferdinand

Bord du lac Léman
modificateur de prix des variantes :
Prix de base avec taxes
Prix de vente avec réduction
1800,00 CHF
Remise
Montant des Taxes
Prix / Kg:
Description du produit

Huile sur toile

38 cm x 56 cm

En parfait état

Sans cadre

Ref: E9-07B 

 

Ami-Ferdinand Duplain (1911-1966)

Ami-Ferdinand Duplain naît à La Chaux-de-Fonds en 1893.

De 1911 à 1915, Ami-Ferdinand enseigne aux Brenets comme instituteur.

Sa compagne et la nature lui servent de modèle. Mobilisé en 1914, ses camarades, à l’uniforme bleu au col rouge, lui inspirent de nombreux dessins.

En 1916, Duplain obtient son brevet de capacité pour l’enseignement du dessin artistique. Il expose pour la première fois lors de l’exposition des artistes militaires neuchâtelois en décembre 1916 à la salle Léopold Robert à Neuchâtel puis à la Chaux-de-Fonds en 1917. Il y présente des dessins à la plume et à l’aquarelle.

En 1917, il participe pour la première fois à une exposition de la Société des amis des arts. Cette exposition lui donne l’occasion de présenter des oeuvres plus ambitieuses comme le portrait de sa future épouse.

Duplain obtient un bon succès et commence à envoyer régulièrement des oeuvres au Salon national. En 1919, il participe à l’Exposition fédérale des Beaux-Arts de Bâle.

Suite à un voyage dans le canton du Tessin en 1919, Duplain publie en 1920 aux éditions Haefeli & Company de La Chaux-de-Fonds, un livre sur Ronco, vieux village tessinois. Ses estampes accompagnent ses écrits et dévoilent un artiste d’une très grande sensibilité. Duplain décèle et révèle la poésie du quotidien, la simplicité de la beauté.


Grâce à une bourse communale et cantonale pour le développement d’études artistiques supérieures il se rend à Paris en 1920 et complète sa formation dans l’atelier de Maurice Denis. Admiratif de la peinture de son maître, il pénètre l’esprit symbolique de Puvis de Chavannes et se laisse séduire par la peinture de Jacques-Émile Blanche, « le Proust de la peinture ». Il se rend fréquemment au Louvre et copie de nombreuses œuvres, peintures, sculptures, antiquités (inv. 762-812). Il dessine également des monuments, notamment Notre-Dame de Paris, réalise quelques esquisses, aquarelles, dessins des rues, des parcs et des ponts de Paris. Il aime beaucoup se rendre à Montmartre et dans le parc du château de Versailles.

De mai 1920 à 1934, Duplain enseigne le dessin professionnel à l'École des travaux féminins de La Chaux-de-Fonds. Parallèlement à son activité d’enseignant, Duplain effectue, dans les années 1920, de nombreux voyages à l’étranger pour parfaire sa formation, notant au jour le jour ses impressions dans de petits carnets.

En 1925, il fonde à La Chaux-de-Fonds La Syrinx, réunissant artistes, compositeurs, écrivains et poètes, de sa génération avec qui il organise diverses manifestations.

Typographe reconnu, Duplain assure de nombreux travaux graphiques et publicitaires. Il est chargé de diverses campagnes de publicité notamment pour des activités touristiques de la Côte d’Azur.

Duplain participe aussi à de nombreuses expositions, indépendamment de La Syrinx. Il expose régulièrement en 1927, 1928 et 1929 au Salon des indépendants. Dès 1924, il expose à la Société des artistes indépendants à Paris et à partir de 1927, à la Société du nouveau salon de Paris, fondé par Steinlen. Il présente également des œuvres à diverses expositions jurassiennes, côté suisse et côté français. Le Salon des Annonciades de Pontarlier créé en 1927 expose ses œuvres à partir de 1933.

Duplain a l’occasion de se rendre régulièrement à Paris et comme de nombreux artistes du début du siècle, il n’échappe pas aux destinations traditionnelles : la Bretagne et la Côte d’Azur.

Après quelques séjours en Bretagne (1920, 1926) Duplain se laisse tenter par la Méditerranée.

De 1923 à 1935, Duplain descend presque chaque année sur la Côte d’Azur, surtout à la fin des années 1920. Saint-Tropez, Villefranche, Antibes, Nice, Monaco, Roquebrune, Menton, constituent ses destinations favorites. Il s’éloigne quelque peu de ses lieux de villégiatures habituels pour se rendre en 1928 en Corse et en 1932 à Collioure et en Catalogne.

« Un artiste qui se livre au hasard est un homme perdu » mentionnait Duplain à Louis Charles Baudouin en mai 1931

Le début des années 1930 marque l’avènement d’une reconnaissance de son art. Les bonnes critiques se multiplient. En 1931, la revue mensuelle « L’art en Suisse » lui consacre un important article. La galerie Moos à Genève l’expose. En 1932, la Société jurassienne d’émulation invite Duplain à Porrentruy pour une exposition personnelle à l’Hôtel international.

Duplain cherche à se faire connaître. Il effectue des correspondances journalistiques dans L’Effort, Le Démocrate, Le Journal du Jura, Curieux, et La Revue Suisse de l’imprimerie. Début décembre, sous l’égide de la Société jurassienne d’émulation, Duplain donne une conférence à Porrentruy sur la vie et l’art en France au xviiie siècle ; la salle est comble, le succès prometteur : « Conteur exquis, M Duplain procura à notre public, une jouissance rare ». Suite à ce premier succès, Duplain multiplie les conférences, un peu partout en Suisse romande.

En 1934, Duplain est appelé à Lausanne par le conseil d’administration des Imprimeries populaires pour prendre la direction du bureau technique et de propagande.

En 1935, il déménage à Lausanne.

Occasionnellement, Duplain poursuit son activité d’enseignant à Lausanne. Pour le semestre d’hiver 1936-1937, il est chargé par les Associations patronales et ouvrières des arts graphiques d’un cours supérieur à l’École des typographes de Lausanne. Il conçoit la mise en page pour la nouvelle présentation sur quarante-huit pages du Radio, ainsi que divers autres titres comme En Famille, L’Habitation, Coop illustré, Revue suisse de l’imprimerie.

En 1936, il reprend la rédaction du journal Lecture du foyer, hebdomadaire devenu par la suite Images du monde. Il occupera ce poste de rédacteur en chef jusqu'en 1956.

Malgré son nouveau travail, Duplain n’abandonne pas ses activités artistiques.

Conteur à succès, il diversifie ses conférences. Dès 1935, il réalise à la demande de Radio-Genève diverses causeries sur l’art avec toujours autant d’audience. L’art suisse est à l’honneur ; les auditeurs en redemandent. Duplain poursuivra ses causeries jusqu’en décembre 1965. En 1939, on lui confie une émission artistique dédiée aux enfants, Artisticus. Parallèlement Duplain donne diverses conférences. En 1938-1939, l’une d’entre elles a pour intitulé « Masques et visages du xviiie siècle français » ; l’enthousiasme est au rendez-vous dans une dizaine de villes de Suisse romande. Il raconte l’art et la vie sous Louis XV en s’appuyant notamment sur les pastels de Maurice Quentin de la Tour. Ses présentations d’une heure sont accompagnées de projections lumineuses. En 1940-1941, il réitère l’opération et propose cette fois-ci un tout autre sujet « Vies d’atelier » des artistes romands, peintres, sculpteurs, orfèvres dont Milo Martin, Raoul Domenjoz, Rodolphe-Théophile Bosshard, Nanette Genoud, Jean-Jacques Mennet, Gustave Buchet, etc. Duplain pénètre dans leurs ateliers, montre leur travail, analyse leurs œuvres, souligne les particularités, rapporte ses entretiens incluant quelques-unes de leurs confidences savoureuses. Là encore, les applaudissements retentissent fortement : « Conférencier délicieux » ; « une heure charmante et beaucoup trop courte. Nous espérons qu’il ne tardera pas trop à nous revenir ».

Duplain multiplie les expositions personnelles au Musée des Beaux-Arts de la Chaux-de-Fonds et au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, à l’hôtel de ville de Porrentruy. Il expose aussi à plusieurs reprises à Berne. Ses toiles sont accrochées aux cimaises de grandes galeries. Après la galerie Paul Vallotton à Lausanne, la galerie Europa à Bienne et la galerie l’Athénée à Genève lui consacrent une exposition personnelle.

En 1941, en compagnie notamment de Gustave Buchet, il participe à la fondation du premier Salon de printemps de Lausanne. Son tableau Les trois barques est désignée comme l’une des plus solides et des plus belles toiles de l’exposition.

À la fin des années 1930 et au début des années 1940, les signes d’une reconnaissance officielle nationale de son art se multiplient. En 1938, la Société jurassienne d’émulation achète Le Lac d'Émeraude et en fait don au Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Ce dernier acquiert en 1939 Temps gris (ou Paysage à Lavaux). Le Musée des Beaux-Arts de La Chaux-de-Fonds détient Le Coup de Tabac. En 1943, le gouvernement valaisan porte son offre sur Avant la procession, toile destinée au futur Musée cantonal des Beaux-Arts de Sion. La même année, son ami Jules-Jérémie Rochat, rédacteur en chef du Journal du Jura, publie une biographie de Duplain aux éditions du Chandelier à Bienne, une édition inaugurant avec cet ouvrage une collection dédiée aux artistes suisses.

Suite à son installation à Lausanne, Duplain s’aventure sur les hauteurs du Léman, à Chexbres, Grandvaux, Saint-Saphorin, Belmont, etc.

Dépourvu de véhicule, il flâne souvent toute une journée dans la campagne vaudoise, n’hésitant pas à marcher jusqu'à Belmont.

Il peint alors de magnifiques panoramas du lac et de ses coteaux, avec des vues légèrement plongeantes données par la configuration même des rives lémaniques. Après avoir rendu la spatialité du Léman, Duplain cherche à saisir sa luminosité depuis les rives puis de plus en plus souvent sur le lac, dans sa barque acajou. Peu avant la guerre, il achète effectivement sa première embarcation qui se transforme rapidement en un second atelier. En fin d’après-midi, il court à l’Union nautique Ouchy-Lausanne (UNOL), peinture et panneaux d’isorel en main. Le dimanche, le dialogue avec le Léman se prolonge des heures et des heures. Il prend même sa fille avec lui. Il contemple indéfiniment le visage du Léman changeant de lumière. De ce face à face naît de multiples pochades, huiles sur isorel, huiles sur toile et des expositions, à commencer par celle de 1938 à la galerie Paul Vallotton, Les visages d’un lac. En 1940, il propose une exposition Images du pays. Les sujets valaisans complètent les œuvres lémaniques

À partir de 1935, Duplain arpente régulièrement les versants valaisans. Après la vallée de Bagnes et le val d’Arpète en 1935, il découvre en 1936 la beauté du val d’Hérens. Le peintre a trouvé sa vallée. Jusqu’en 1955, il ne cessera d’y revenir chaque été, pour le mois d’août ; même le chat fait partie du voyage. Le trajet est une expédition. Après avoir regroupé tout son matériel de peinture dans une énorme panière, un porteur mène le paquetage à la gare. La famille descend tranquillement prendre le train pour Sion, puis, à l’arrière d’un camion de livraison, elle rejoint le village d’Evolène. Depuis son camp de base d’Evolène, Duplain armé de ses pinceaux et de ses petits panneaux d’isorel, parcourt à pied le moindre hameau du val d’Hérens : Arbey, Lannaz, Villa, Borza, etc. Là aussi, sa famille l’accompagne dans ses pique-niques picturaux.

En 1944, il se fait construire, à partir de ses propres plans, son atelier jouxtant sa maison La Huchette, 33 rue du Temple. Et en mai 1944, les travaux achevés, toute la famille déménage rue du Temple. Il y donne dès cette année une première exposition de ses œuvres. Son atelier lui tient lieu désormais de galerie. Jusqu'à sa mort, Duplain ouvre ses portes presque tous les deux ans, pour une exposition de ses œuvres. Parallèlement à ses activités radiophoniques et son poste de rédacteur en chef à Images du monde, Duplain peint inlassablement le visage du Léman et l’âme du Val d’Hérens.

Reconnaissance internationale

Dans les années 1950, Duplain a atteint sa maturité et la reconnaissance est internationale. En 1951, la toile Froidure lui permet de devenir membre-associé du Grand Salon de Paris, distinction alors rarement accordée à un étranger. En 1953, Duplain obtient le Prix Henri Gsell au Grand Salon de Paris avec Le paysage et la cheminée. Il devient sociétaire en 1954 et membre du jury en 1955. Ses vacances d’été au Tessin en 1955-1956 lui inspirent de nombreuses toiles avec ses sujets de prédilection : lacs et montagnes, ruelles et églises.

Reconnu pour son talent et ses activités d’illustrateurs, on fait appel régulièrement à lui pour des affiches comme en attestent les maquettes de la Fête des Vendanges à Neuchâtel en 1948.

À la fin de 1957, les premières atteintes de la maladie de Parkinson le contraignent à abandonner son poste de rédacteur en chef d'Images du Monde. Mais contribue jusqu'à l’automne 1966 à la rédaction de la revue en s’occupant du choix des romans publiés en feuilleton.

Le 14 décembre 1965, Duplain donne sa dernière chronique radiophonique sur les Beaux-Arts. Poète dans l’âme, Duplain ne peut se résoudre à abandonner la peinture. De sa main tremblante, il continue jusqu’au soir de sa vie à livrer sur la toile ou l’isorel les accords picturaux de la nature.

En 1959-1960, Duplain retrouve les paysages tant aimés du Midi de la France et ne manque pas d’y poser sur la toile ses tonalités.

À Pâques de l'année 1966, il termine avec joie un portrait et d’autres toiles au fond moucheté. Duplain décède en 1966. Sur sa table de chevet figurait sa dernière peinture : un paysage du Léman, ce Léman qu’il aimait tant.