Nouveautés antiquités & vintage

Rossi Remo
(1909-1982)

Cavaliere
modificateur de prix des variantes :
Prix de base avec taxes
Prix de vente avec réduction
350,00 CHF
Remise
Montant des Taxes
Prix / Kg:
Description du produit

Lithographie signée

Numérotée 41/150

En parfait état

Sans cadre

Ref : EEG-C10

 

Remo Rossi (1909-1982)

Né à Locarno en1909. Son père et son grand-père étaient actifs comme artisans du marbre et sculpteurs (appelés marmorini). 

De Lucerne à Milan puis à Paris

Après avoir terminé les écoles obligatoires en 1924, Remo Rossi poursuit ses études au lycée de Sankt Michael à Zoug et en 1925 il est l'élève du professeur Joseph von Moos à la Kunstgewerbeschule de Luzern.

La phase essentielle de sa formation se situe pendant les études à Milan à partir de 1926, où il s'inscrit à l'Accademia di Brera où en 1926 il suit les cours de dessin de Contardo Barbieri et les cours d'anatomie du professeur Biaggi, mais refuse de suivre les cours de sculpture de Sauvage.

Parallèlement, il travaille dans l'atelier privé d'Ernesto Bazzaro (1859-1937) et suit les cours du lycée d'architecture du Castello sforzesco sous la direction du professeur Mariani. Ses premières œuvres sont évidemment imprégnées d'un style académique : tout d'abord la grande sculpture Memento mori (1930).

Après plusieurs voyages d'études à Bologne, Florence, Rome, Naples et Venise, il s'installe pour un an à Paris en 1932. Il y rencontre Alberto Martíni et Gino Severini avec qui il collaborera plus tard en 1950 pour la décoration de l'église des Capucins de Sion.

De passage à Paris, Remo suit les cours de Paul Landowski à l'Académie Nationale des Beaux-Arts ainsi que les cours de Charles Despiau à l'Académie Scandinave. Despiau a invité Remo à travailler dans son propre atelier. Fruit de cette période sont les œuvres exposées au Salon de Printemps en 1933.

Retour à Locarno

En 1934, Remo revient à Locarno et élit sa ville natale comme lieu de prédilection pour son activité, l'interrompant par de fréquents mais assez courts voyages d'études à Munich, Nuremberg, Berlin et Paris (académie Scandinave et Académie Nationale des Beaux-Arts).

De l'expérience parisienne, spécialement inspirée par Aristide Maillol, on retiendra des figures féminines baignantes aux formes généreuses, ainsi que plusieurs œuvres funéraires composées de jeunes femmes prises en posture de prière et de douleur, comme Donna che accende un lumino (1933- 34), ou la Meditazione (aujourd'hui visible à Ascona) ou d'autres œuvres dans les cimetières de Bellinzone et de Locarno.

Les œuvres de cette époque ont profondément marqué l'espace public du canton du Tessin, comme la Minerve (1941) déposée à la Bibliothèque cantonale de Lugano ; le Monument à Giuseppe Motta près de la gare de Bellinzona; la Foca (1945, lion de mer) située au centre de la fontaine face au bâtiment gouvernemental de Bellinzona, et le Pegaso, une sculpture de plusieurs tonnes postée en 1956 à 100 pieds de hauteur sur le bâtiment gouvernemental lui-même.