Offres du mois

roger-tissot-fleurs-des-champs-100-81cm-1975
Tissot Roger
3600,00 CHF
rebetez-le-doubs-30-35cm-1985
Rebetez Sylvère
1500,00 CHF
claude-loewer-monotype-25-34cm-1945
Loewer Claude
650,00 CHF
andre-ramseyer-55-42cm
Ramseyer André
250,00 CHF
GUY-LAMY-le-Pont-Neuf-1947

 Guy Lamy - Le Pont Neuf - 1955  - 82 x 55 cm (PP) 

Oeuvres de Guy Lamy en vente sur notre site

GUY LAMY (1914 - 2000)

Né quelques mois après le début de la Première Guerre mondiale à Paris (14 décembre 1914), Guy Lamy aura connu tout jeune les bombardements allemands sur la capitale qui poussaient parfois ses habitants à se réfugier dans le métro jusqu'à la fin de l'alerte.

Après son enfance et son adolescence passées surtout à La Frette, à une vingtaine de kilomètres de Paris, dans une maison à flanc de coteau des bords de la Seine qui jouxtait celle de l'écrivain Jacques Chardonne; La Frette où sont enterrés sa femme, ses parents et ses grands-parents, il reviendra à Paris où il s'inscrit à l'Ecole des Beaux-Arts (élève du professeur André Devambez) et à celle des Arts-Décoratifs à laquelle une formation antérieure à la célèbre Ecole Boulle l'avait pour ainsi dire initié. A noter également ses rencontres à Montmartre avec le peintre Maurice Utrillo et sa mère Suzanne Valadon, de 1928 à 1936. Avec Albert Marquet aussi, mort en 1947, lui-même enterré à la Frette.

Peu avant la Deuxième Guerre mondiale, il se marie et découvre le Maroc avec son épouse. Un fils, lui-même peintre, aujourd'hui retiré en Bretagne, naîtra de cette union.

Vingt-et-un ans après la fin de la Première Guerre, on remet ça : C'est d'abord la "drôle de guerre", puis, moins d'une année plus tard, l'offensive allemande au cours de laquelle il est fait prisonnier avec ses hommes à l'instar de nombreux Français. Sa captivité dans trois camps allemands successifs, à Trêves, Coblence et Limburg, durera quatre ans. Entouré d'amis solides et cultivés, il les passera en continuant à peindre, même à l'extérieur du camp, accompagné chaque fois d'une sentinelle allemande (plusieurs de ses toiles se trouvent encore en Allemagne), et en réalisant des décors et des meubles de théâtre pour la troupe des prisonniers du camp qui montèrent de nombreuses pièces classiques et modernes du répertoire français auxquelles les officiers allemands ne manquaient pas d'assister : "Jamais il ne s'est plaint des Allemands, très corrects avec leurs prisonniers, dira son fils, Guy-Michel, curé de la paroisse francophone de Bâle. Et quand il retrouvait ses anciens camarades d'infortune, ma mère avait coutume de leur dire en riant : on croirait que vous avez vécu vos plus belles années en captivité !".

En 1950, il épouse en secondes noces Zita Cortat, Suissesse du Jura, dont il avait fait la connaissance trois ans auparavant lors d'un mariage à Lausanne.

Après avoir donné la vie à quatre enfants, sa femme meurt en 1975. C'est un drame pour cet homme qui perd une épouse adorée en même temps qu'une conseillère avisée en matière picturale. Un prêtre ami et confident, le P. Jean de Dieu, "l'oncle Franz" de ses enfants, sera là pour l'aider pendant de longues années au cours desquelles Guy Lamy fera de fréquents séjours chez les capucins de la rue de Morat, à Fribourg.

Après le décès à Paris de sa mère, à laquelle il était resté très attaché (1987), il s'installe définitivement à Porrentruy où il meurt le 6 novembre 2000, et où il est enterré.

Guy Lamy a été un membre actif de la Galerie Saint-Placide, du salon d'automne et du Salon d'Art Moderne à Paris. Il a reçu la médaille de vermeil de la ville de Paris, la médaille d'argent de la ville de Tarare et le «Prix du Motif» de Bougival.

Biographie rédigée à l'aide des archives de la famille Lamy.

Guy-Lamy-dans-son-atelier

Guy Lamy : « Tout comme un visage le paysage a ses expressions »

La peinture figurative a ce mérite, par rapport à celle qu’on appelle abstraite, qu’elle ne permet pas à l’artiste de « tricher », d’escamoter les déficiences sous des vernis tape-à-l’oeil où, une fois ceux-ci grattés, une fois le superficiel et la part de poudre aux yeux dénoncés, ne subsistent que la facilité, tout ce que l’art abstrait, quand il n’est pas expression sincère ou simplement beauté formelle, a de léger, de banal et d’impersonnel. Guy Lamy, lui, et résolument figuratif, même s’il s’est essayé à l’art abstrait, par seul goût de la recherche d’ailleurs.

COMME UN VISAGE

Peintre parisien - et jurassien aussi, par mariage et de coeur -, Guy Lamy est attiré par la campagne surtout, par les paysages, les villages, les vieilles façades. Un jour il installe son chevalet quelque part et il peint : il « accroche » un site, un paysage, il en saisit la beauté et les nuances, sur sa toile il en retient surtout l’« expression » :

Un visage est vivant, dit Guy Lamy, et le peintre en saisit un « instant », une attitude, une expression. Pour le paysage il en est de même, lui qui est en perpétuel changement au gré des saisons, de la lumière ambiante, du soleil... Il vit.

C’est de là que vient toute la force des oeuvres de Guy Lamy. Les ciels tourmentés, les gros nuages lents, cet arbre qui jaunit, devient or, une tache de soleil sur une vieille façade crasseuse, l’artiste les a retenus sur ses toiles, comme pour en conserver un « instant » seulement, avant qu’ils ne changent.

LE MÉTIER ET L’OEIL

Et puis Guy Lamy possède le métier, le coup de pinceau, la maîtrise de sa palette. Il a l’« oeil » aussi, qui découvre le contraste, perçoit la lumière intéressante, traque le détail. Et il peint sans artifice, avec pour seul souci de restituer la nature dans sa beauté, d’en saisir la vie, la palpitation, de la révéler plus que d’en reproduire servilement les contours et les couleurs.

De là viennent cette puissance, cette vérité qui font défaut chez certains paysagistes. Car Guy Lamy, d’abord, aime les paysages qu’il peint, ces bourgs colorés, ces vieux quartiers ; avec eux il a établi un lien invisible mais qu’on pressent dans ses oeuvres. On devine ainsi son véritable attachement à l’Auvergne, avec ses paysages sobres et dépouillés, aux vieilles maisons de Paris, celles de l’artiste voit disparaître avec quelque amertume, et au Jura aussi, à Delémont, Saint-Ursanne, Soubey, ces sites qu’il restitue dans leur vraie lumière et leur beauté simple.

Les expositions de Guy Lamy méritent une visite. Une visite qui sera aussi une découverte, du moins pour ceux qui ne connaissaient pas cet artiste : celle d’un peintre qui a regardé un paysage et qui, par la couleur et quelques coups de pinceau, en restitue les beautés pour nous le faire aimer à notre tour.

M. N. (Quotidien Jurassien - Présentation d'une exposition de Guy Lamy organisée par la Société jurassienne d'Emulation, section de Delémont)

*        *        *

« Attentif au langage des êtres et des choses, Guy Lamy les accueille avec une sincérité particuliére et nous les restitue, épurés au filtre d'une sensibilité rare et d'un talent certain. Il n'ignore rien des prodigieuses magies de l'air et de l'eau lorsqu'il nous baigne dans ses atmosphères humides et nous emporte, sous des ciels ruisselants, vers ses horizons d'allégresse ou de deuil. Sa palette généreuse rythme les saisons au gré de la lumière et des harmonies subtiles d'une symphonie en gris et en bleu aux infinies variations. » C. P.

*        *        *

« Peintre de l'eau, du ciel, de la lumière. Il traduit dans sa peinture l'intense chaleur humaine d'une nature émotive et généreuse et personne ne peut être insensible à cette générosité, à cette subtilité que décèlent ces nuances et ces atmosphères envoûtantes. » (J. Tassart - Le Figaro)

*        *        *

Guy Lamy rend hommage au peintre Maurice Utrillo

« Guy Lamy - les fleurs du coeur » par Max Joli (mars 1966)

Articles de presse

Oeuvres de Guy Lamy en vente sur notre site